• Présentation

    La prise en charge des enfants et des jeunes dans les structures d’accueil pour la petite enfance, pour les jeunes ou par les organisations de jeunes sert à promouvoir et à encourager. Cela présuppose une vaste offre éducative avec de propres objectifs, des contenus et méthodes variées ainsi que de multiples façons de travailler. Les formations scolaire et non-formelle se complètent et renforcent le processus d’apprentissage tout au long de la vie. Comme la prise en charge, l’éducation et la formation agissent en complémentarité, ceux-ci ne se retrouvent plus uniquement en classe mais présupposent un vaste projet englobant aussi bien l’offre scolaire que les apprentissages par la pratique (learning by doing), axés sur le processus et sur la coopération.

    L‘éducation de la petite enfance, l’éducation précoce et les cycles 1.1 et 1.2 de l'enseignement fondamental ont pour mission commune de créer des espaces de découverte, d’expérimentation et d’apprentissage qui stimulent le développement des compétences motrices, linguistiques et sociales. L’échange entre les acteurs sera renforcé, notamment dans les activités et les mesures à prendre. Cet échange sera facilité si éducation formelle et non formelle sont regroupées sous un même toit. La construction de structures intégrées favorisera cette démarche intégrale.

  • Infrastructures intégrées pour la petite enfance

    Infrastructures intégrées pour la petite enfance

    Le ministère encouragera les projets d‘infrastructures pour la petite enfance qui intégreront maison relais et éducation dans un même bâtiment. L’expérience a montré que l’utilisation d’espace commun présente de nombreux avantages pour la conception des activités et le développement des enfants.

  • Evaluation de l’éducation précoce

    Evaluation de l’éducation précoce

    Le concept de développement langagier pourra prendre appui sur le prochain bilan de l'éducation précoce telle qu’elle a été mise en place depuis 2009. Une attention particulière sera consacrée au rôle des connaissances linguistiques que les enfants possèdent déjà.

  • Des plateformes d’échange

    Afin de garantir une offre éducative large, l’échange entre les professionnels de l’éducation non formelle et de l’éducation formelle sera soutenu/renforcé, moyennant la création de plateformes.

    A cette fin, des exemples de bonne pratique - issus des plans d’encadrement périscolaire - seront sélectionnés, renforcés et développés. Des offres communes de formation continue et de soutien qualifié serviront à mettre sur pied des projets durables.

  • Les internats

    Les internats feront partie intégrante de la stratégie d’ensemble contre l’échec scolaire. Les ressources nécessaires seront mises à leur disposition pour leur permettre de soutenir les élèves tout au long de leur parcours scolaire. Cela vaut aussi bien pour les structures accueillant les élèves de l’école fondamentale que les internats pour élèves de lycées.

    De nouveaux concepts seront développés pour faciliter le passage entre l’école fondamentale et l’enseignement secondaire, car cette phase de transition est souvent perçue comme une étape difficile de la vie d’un élève.

    Les écoles et les internats travailleront en collaboration. Cela signifie qu’ils devront élaborer ensemble des modèles de soutien qui correspondent à la diversité de l’offre scolaire.

    En outre, les internats publics et conventionnés devront développer des critères communs de qualité concernant l’offre pédagogique et conceptuelle. Les deux systèmes devront aussi présenter des offres concordantes sur certains aspects comme la qualité des structures ou la participation financière des parents par exemple.