• Présentation

    Il est évident que les parents jouent un rôle essentiel dans l'éducation de leurs enfants. Il importe donc qu'ils s'investissent dans leur formation, ce qui n'est possible que s'ils sont pris au sérieux dans leur rôle de partenaire. C'est la raison pour laquelle leur responsabilité sera renforcée, par exemple au moment de l'orientation. En outre, des instruments seront développés qui serviront à améliorer la transmission d'informations aux parents sur les objectifs d’apprentissage, les différentes offres scolaires au Luxembourg ou encore des guichets uniques régionaux. Une réflexion sera conduite sur la création d’un organe représentatif des parents d'élèves, lequel permettrait d’associer les parents aux projets de développement scolaire.

  • À la petite enfance

    À l’avenir, les structures d’accueil devront disposer d’un concept cohérent d’implication des parents au quotidien. Ce sera une condition pour bénéficier de l'appui financier de l'État ; celui-ci sera introduit à partir de septembre 2017 dans le cadre du développement langagier du jeune enfant en contexte plurilingue. Le type d’implication proposé aux parents constituera l’un des principaux critères de qualité des structures d’accueil.

  • À l’école fondamentale

    Depuis la réforme de l’école fondamentale en 2009, l'échange entre les parents et les enseignants est inscrit dans la loi, à la fois autour de l'enfant ainsi que au niveau de l'école, par exemple lors des discussions régulières autour des bilans ou dans la participation à l’élaboration du plan de réussite scolaire. Cependant, il est important que les outils sur lesquels se fonde l'échange soient compréhensibles et clairs. C’est pourquoi les bilans intermédiaires seront simplifiés (aussi en ce qui concerne la contribution de l’enseignant). Une documentation sera mise à disposition qui explique le plan d’études, dans des versions adaptées aux différents publics concernés.

    Il est également nécessaire d’informer mieux et très tôt les parents sur l’offre scolaire, compte tenu de sa diversification, surtout si davantage de responsabilité doit être donnée aux parents lors de la procédure d’orientation à la fin de l’école fondamentale.

  • Au lycée

    La participation des parents telle que prévue dans le projet de réforme du lycée sera analysée, éventuellement légèrement adaptée, puis mise en œuvre. L’objectif est d’impliquer les représentants des parents dans le développement scolaire local et de définir leur rôle. Au niveau du système éducatif en général, il s’agit aussi de créer un comité des parents représentatif, qui pourrait par exemple représenter le point de vue des parents lors de conférences nationales sur l’éducation.

  • Une représentation nationale des parents

    Une représentation nationale des parents sera créée en tant qu’organisation parapluie des comités de parents des écoles fondamentales et des lycées. Elle sera un partenaire important du ministère pour les questions de développement scolaire. Cet organe devra être en mesure de s’exprimer en toute indépendance sur les problèmes actuels ou les solutions proposées par le ministère.

  • « Family learning »

    Le but du concept « Family learning », qui relève de la formation des adultes, est de donner aux parents les moyes d'accompagner leurs enfants pendant leur processus d'apprentissage tout en réactivant/poursuivant leurs propres processus de formation.

    Ainsi les familles pourront partager en leur sein une même culture de l’apprentissage ; ce qui ne pourra qu’avoir un impact positif sur l’apprentissage scolaire des enfants. Le ministère travaille actuellement sur un concept de formation continue, sur du matériel didactique pour les formateurs et des outils d’apprentissage pour les participants aux séances de « family learning ».

    Une conférence aura lieu sur cette thématique en octobre 2015 dans le cadre de la Présidence européenne ; elle aura pour intitulé : « Family learning : bonnes pratiques à travers l’Europe ».