• Présentation

    L’échec scolaire, et partant le redoublement, engendrent une énorme perte de potentiel, ce dont témoigne e.a. le Bildungsbericht 2015 (tome I, tome II) de l’Université du Luxembourg. Une des conclusions les plus importantes du symposium « Staying on track – Tackling early school leaving and promoting success in school » organisé dans le cadre de la Présidence européenne a été de reconnaître que le Grand-Duché a besoin d'une stratégie cohérente intégrant et rationalisant la multitude d'initiatives existantes contre l'échec et le décrochage scolaires. L'Observatoire du maintien scolaire élaborera une telle stratégie et la mettra en musique.

  • La création de l'Observatoire du maintien scolaire

    L'Observatoire du maintien scolaire aura pour mission de prendre la défense des élèves plus faibles et de veiller à ce que la problématique de l'échec scolaire soit maintenue à l'ordre du jour de la politique nationale. Il collectera et évaluera les statistiques sur l'échec scolaire. Il élaborera et mettra en œuvre une stratégie nationale contre l’échec et le décrochage scolaires.

  • Combler les déficits scolaires à l’enseignement fondamental

    Combler les déficits scolaires à l’enseignement fondamental

    Les élèves qui présentent des déficits scolaires doivent être pris en charge dans leur école, et de préférence dans leur classe, grâce à des mesures de soutien et de remédiation adéquates. Dans cette perspective, toutes les écoles seront appelées à élaborer un concept cohérent d’appui pédagogique. Parallèlement, le ministère recueillera des exemples de bonnes pratiques qu’il mettra à la disposition des écoles.

  • Combler les déficits scolaires à l’enseignement secondaire

    Afin de mieux épauler les élèves qui affichent des déficits scolaires, les établissements devront se doter – dans une démarche participative - de concepts cohérents pour l’appui et la remédiation. La première conférence de l'Éducation nationale ayant pour sujet l’échec scolaire prévu pour fin 2015 sera une première étape importante dans cette démarche.

  • Projet CARAT – climat scolaire

    Le climat scolaire joue un rôle fondamental dans le bien-être des élèves. Si l’école est vécue comme un lieu de tolérance, de respect mutuel et du vivre-ensemble, les jeunes sont en mesure d’y puiser la confiance en soi et l’assurance indispensable à leur développement personnel.

    Le concept CARAT a été développé dans le but d’améliorer le climat scolaire. Chaque école détermine elle-même sur quels aspects elle compte agir prioritairement, en fonction de ses besoins. Tous les partenaires scolaires doivent être associés à cette démarche : élèves, enseignants, directions, personnel non-enseignant et parents. 

  • Réforme de la formation professionnelle

    L’analyse des statistiques montre que la réforme de la formation professionnelle n’a pas mené aux résultats escomptés. Le nombre élevé de modules de rattrapage confronte les directions et les enseignants à des difficultés organisationnelles insurmontables. Les adptations ponctuelles qui ont été apportées à la réforme s’avèrent insuffisantes. Toutefois, on note également des éléments positifs. Pour pratiquement tous les modules, des programmes-cadres structurés et cohérents ainsi que des critères d’évaluation transparents ont été élaborés, grâce aussi à la collaboration active de très nombreux enseignants et de représentants des différentes formations. Le système modulaire répond aux exigences d’une formation professionnelle moderne.

    Les différents aspects de la formation professionnelle qui ont fait leur preuve ainsi que les points faibles du nouveau système seront analysés en vue d’une réorientation fondamentale du système.

  • Les internats

    Les internats feront partie intégrante de la stratégie d’ensemble contre l’échec scolaire. Les ressources nécessaires seront mises à leur disposition pour leur permettre de soutenir les élèves tout au long de leur parcours scolaire. Cela vaut aussi bien pour les structures accueillant les élèves de l’école fondamentale que les internats pour élèves de lycées.

    De nouveaux concepts seront développés pour faciliter le passage entre l’école fondamentale et l’enseignement secondaire, car cette phase de transition est souvent perçue comme une étape difficile de la vie d’un élève.

    Les écoles et les internats travailleront en collaboration. Cela signifie qu’ils devront élaborer ensemble des modèles de soutien qui correspondent à la diversité de l’offre scolaire.

    En outre, les internats publics et conventionnés devront développer des critères communs de qualité concernant l’offre pédagogique et conceptuelle. Les deux systèmes devront aussi présenter des offres concordantes sur certains aspects comme la qualité des structures ou la participation financière des parents par exemple.